Comment j'ai liquidé le siècle, par Flore Vasseur (Equateurs)

Publié le par Le Prix Virilo

Lu par Claire.

 

Vasseur FlorePierre est devenu trader. Richissime, individu à part, solitaire, il mène sa vie sans se poser de questions, se satisfaisant de rares relations. Il est entouré d’une jeune prostituée de luxe, avec qui il partage sa vie, de son majordome asiatique, et de sa fille anorexique, qu’il essaye tant bien que mal d’intégrer à son existence. 

Un jour, il est convoqué par la mystérieuse Madame Krudson, une vieille femme à la poigne de fer à la tête d’une organisation qui dirige secrètement le monde. Celle-ci le charge d’une mission cruciale : propager un virus informatique qui fera exploser le monde capitaliste tel qu’il est devenu, à la merci de nouvelles puissances qui remettent en question la suprématie américaine. C’est à partir de ce moment-là que Pierre se met à regarder le monde dans lequel il vit et l’univers qu’il s’est créé.

Flore Vasseur surfe sur un thème bien contemporain, la crise financière, les valeurs capitalistes poussées à l’extrême, jusqu’au bug final, forcément.

 

« Comment j’ai liquidé le siècle » fait penser à un roman anglo-saxon, à la fois polar, drôle, caustique, réaliste, décalé. Le style est enlevé, c’est un livre que l’on a envie de rouvrir entre deux stations de métro, et qui soulève des interrogations d’actualité sans tomber dans le moralisateur.

 

Publié dans critiques 2010

Commenter cet article