Katiba, par Jean-Christophe Rufin (Flammarion)

Publié le par Le Prix Virilo

 

KatibaPar S.D et N.D

 

En fait de poils, il y a un peu partout dans ce roman politico-stratégico-islamico mais ce sont davantage des poils de barbus que de moustachus. La trame est simple comme un réseau d'Al-Quaida : des touristes tués en Mauritanie, une fonctionnaire au Quai d'Orsay dont la personnalité est nécessairement moins simple qu'on l'imagine, un médecin espion qui découvre l'amour, une boîte de renseignements, un Robin des Bois du désert dont on découvre le vrai visage en fin de roman et le Sahara. Rien de moins - mais rien de plus.
On se plonge vite dans un style grand public (phrase courte, petites disgressions, pas de mot de plus 4 syllabes) et dans l'intrigue. On a envie de savoir le fin mot de l'histoire. On se dit qu'on aurait pu lire la page Wikipedia du roman pour ne pas perdre de temps. Le roman fini, un bref coup d'oeil sur la quatrième de couverture laisse perplexe : "Académicien ? A la place d'Henri Troyat ? Ah ouais... Bon ben il y a des choses qui ont dû m'échapper..."

Publié dans critiques 2010

Commenter cet article