Lune captive dans un oeil mort, Pascal GARNIER (Zulma)

Publié le par Le Prix Virilo


Lu par... Marine
 
Petit ratage. Je m’explique. Le style est agréable, précis et simple. Le fond du propos est inspiré, c'est-à-dire faire d’une résidence ultra-sécurisée pour « séniors » le lieu clos d’un roman à l’humour noir qui vire au thriller. La critique sous-jacente résonne en nous et sonne juste. Toutefois l’action est beaucoup trop longue à se mettre en place, le basculement a lieu très tard et la chute finale est fatalement trop brutale, sans avoir laissé le temps aux mécanismes qui l’engendrent d’avoir convenablement imprégné le roman.   

Publié dans Critiques 09

Commenter cet article