Ma philosophie... d'un boudoir à l'autre, Nadine de Rothschild (Albin Michel)

Publié le par Le Prix Virilo

Rothschild-ma-philosophie2

Lu par... Xavier P.


Nadine de Rothschild, avouez que ça pèterait le jour du verdict du prix Trop Virilo. Tout moustachu esthète qui se respecte jamais ne refuserait de pèter dans la soie, et si possibilité il y a de s’y adonner gaiement avec l’ambassadrice autoproclamée du savoir-vivre, aucune raison de s’en empêcher. Mais pour que la baronne puisse prétendre à son postiche, encore faut-il que sa plume soit conquérante. Or, a priori, peu de chance d’être élu avec ses « carnets », tout « intimes » soient-ils, tant l’empilement de phrases pseudo philosophiques ressemble à une porte dérobée pour aller faire le tour des plateaux télés plutôt qu’une fenêtre apportant à l’édifice littéraire de 2010.

Si ce n’était le titre d’ailleurs, on aurait probablement passé chemin. « Ma philosophie… d’un boudoir à l’autre » outre l’évocation sadienne, nous met en posture d’imaginer Nadine se faire fesser à sec une coupe de champagne dans la main droite. Pages tournons ; mots lisons. Et d’abord cette préface où la baronne donne au jury du Virilo, à un mot près, son slogan pour 2010 : « Il faut garder l’œil (la moustache) qui frise si l’on veut faire un beau parcours et surmonter toutes les embûches qui se présentent sur la route ».

On apprend aussi dans cette préface que Nadine entend faire oeuvre de philosophie, une prétention qui plait bien.

Car c’est en théoricienne du couple que Nadine de Rothschild publie ces carnets. Un couple qui serait bien NADINE ROTHSCHILDmoderne s’il était l’idéal du siècle dernier. Il faut pourtant remonter à 1870 pour reconnaître en sa vision de l’amour une actualité et un discours autorisé. Ci-dessous un florilège de citations que ne renierait pas le plus Viril des hommes. Tantôt légère, quand « en amour on ne paye pas l’addition avant d’avoir été servi », souvent coquine puisqu’il « faut toujours laisser la cage ouverte pour que l’oiseau puisse revenir », et parfois « Bisiouesque » (du nom de notre lauréat Trop Virilo 2008 avec le roman « Enculée ») quand elle nous conjure de « ne jamais dire « sûrement pas », mais « pourquoi pas ? ». » Car « tout homme, même fidèle, est esclave de ses hormones ». D’où le fait que « pour arriver au but, j’ai du prendre quelques sens interdits ».

On aime cette philosophie féminine qui clame qu’ « aimer, c’est renoncer à dominer », et nombre d’hommes jury Virilo se sont rassurés d’apprendre que « coucher avec un homme laid mais intelligent est la jouissance suprême ». Car chacun au Virilo acquiesce qu’un « homme sans esprit, c’est comme une femme sans poitrine ».

Mais trop souvent, Nadine va trop loin. On refuse cette idée que, « en entrant dans les bureaux, les femmes sont sorties des chambres à coucher ».

Son humour la sauve, cependant. Ne parlons pas ici de son humour à l’argent. Mais proclamer parmi les grands de ce monde « mon opéra préféré ? La pute enchantée », c’est classe.

Ce qui résume les carnets de la baronne, en fin de compte, est cette citation page 44 : « Etre féministre ou féminine, il faut choisir ». Autant, par son existence, le Prix Virilo s’est opposé au féminisme radical du Fémina, son pendant sans poil, autant Nadine de Rothschild se montre Trop Virilo par sa vision de la féminité. Et aurait pu s’appliquer à elle-même cet adage qu’il faudrait asexuer : « Mesdames, ne parlez pas si rien ne vous y oblige ».

Publié dans critiques 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article