Des corps en silence, par Valentine Goby (Gallimard)

Publié le par Le Prix Virilo

Lu par Claire.

 

Goby-Valentine.jpgValentine Goby mêle deux histoires, deux histoires de femmes dont la relation amoureuse s’effrite et qui choisissent chacune une voie différente : l’une la rupture totale, l’autre la soumission absolue à l’être cher pour le reconquérir.

L’une, Claire, vit à notre époque, l’autre, Henriette, au début du siècle dernier.

 

Valentine Goby commence un chapitre par l’histoire de Claire, et le termine par celle d’Henriette. Leurs deux histoires mises en parallèle démontrent l’universalité des sentiments amoureux, de la bataille d’une femme pour sauvegarder ce qu’elle croit bon, l’indépendance pour l’une, la dépendance pour l’autre. Bien que différentes, leurs réactions se répondent dans leur sensibilité, dans la souffrance qu’elles ressentent physiquement, dans la remise en question de ce qu’elles pensaient être jusqu’à lors.

 

Sensible et intime, hymne à la souffrance morale mais aussi physique des femmes blessées, ce roman se prête à une lecture agréable, mais échoue à entrer dans le lot des livres dont on se souviendra longtemps.

 

Publié dans critiques 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article